mardi 04 décembre 2018

Performance des réseaux de chaleur et de froid en 2017

Le Syndicat national du chauffage urbain vient de publier les résultats de son enquête annuelle sur les réseaux de chaleur et de froid. Ces données mettent en avant la contribution des réseaux à la transition énergétique.

Source : Panorama de la chaleur renouvelable et de récupération

Part de chaque filière dans la production de chaleur renouvelable en 2017


Part chaleur renouv - 1


>> La chaleur renouvelable représente 18% de l'énergie brute totale consommée en 2017.


Evolution de la part des énergies renouvelables dans la consommation finale de chaleur


Evolution part enr&r - 2


Caractéristiques des réseaux de chaleur au 31 décembre 2017


Caractéristique réseaux de chaleur - cercles - 3


Bouquet énergétique

Le développement des réseaux au cours des dix dernières années s’est accompagné d’un verdissement rapide de leur bouquet énergétique. En effet, si, en 2005, pour chauffer les abonnés, ils utilisaient 74 % d’énergies fossiles et seulement 26 % d’énergies renouvelables et de récupération (EnR&R), une décennie a suffi pour que ces dernières représentent plus de 50 % de leur bouquet énergétique. Il s’agit d’une hausse constante et rapide qui s’est encore accélérée ces dernières années.

La dynamique de développement et de verdissement des réseaux devrait se poursuivre avec l’objectif de multiplication par cinq des quantités de chaleur et de froid renouvelable et de récupération livrées par les réseaux à l’horizon 2030, inscrit dans la Loi de Transition Énergétique pour la Croissance Verte.


Les énergies mobilisées

La plupart des réseaux de chaleur sont multi-énergies et sont en mesure de mobiliser diverses ressources renouvelables telles que la biomasse, la géothermie, le solaire, le biogaz et les énergies de récupération dont la chaleur issue des unités de valorisation énergétique, des process industriels, des data centers, des eaux usées45. En 2017, 83 % des réseaux ont ainsi utilisé au moins une source d’EnR&R.

Les réseaux de chaleur démontrent ainsi leur capacité à mobiliser les sources d’énergies disponibles localement, en premier la chaleur de récupération issue des UVE suivie de la biomasse.

Conséquence de cette évolution, les réseaux de chaleur sont un mode de chauffage très performant et respectueux de l’environnement. En effet, le contenu moyen en CO2 de ces équipements n’est que de 116 g/kWh en 2017 soit 50 % de moins que le gaz et 61 % de moins que le fioul domestique.


Bouquet énergétique - 4bis


Caractéristiques des réseaux de froid au 31 décembre 2017


Caractéristique réseaux de froid - cercle - 5


La demande en froid est en hausse constante. Les réseaux de froid sont des outils extrêmement efficaces pour produire du froid et lutter en même temps contre les îlots de chaleur. Ils mobilisent de plus en plus de sources d’EnR&R. Parmi les énergies mobilisées pour la production du froid, il existe notamment la géothermie, la thalassothermie et le freecooling qui consiste à utiliser la différence de température entre l’air extérieur et intérieur.

Les livraisons de froid sont destinées à la climatisation des bureaux, des bâtiments tertiaires, des hôpitaux, des universités, des aéroports et, de façon marginale, au rafraîchissement des immeubles d’habitation.

Les réseaux de froid sont éligibles depuis 2018 au Fonds chaleur pour la création de réseaux avec sous-stations de froid liés aux nouvelles productions de froid renouvelable pour des usages de froid considérés comme nécessaires.


Retrouvez la synthèse du rapport en suivant ce lien

Accès clients